Vous êtes ici:   >>  Nicolas  >>  Recherche et applications  >>  NLS-Physioscan  

NLS-Physioscan

Logiciel d'investigation structurelle et fonctionnelle nous renseignant sur le niveau des échanges intra- et inter-cellulaires, basé sur le système russe d'analyse non-linéaire dit NLS, de l'équipe du professeur NESTEROV_IPP-Omsk et son système Metatron. D'autres systèmes utilisent cette technologie: Obéron, Physioscan, Biospect, Physiospect, etc.  
Nous n'entrons pas ici dans les débats conceptuels entre ces différents logiciels.

NLS : Système non-linéaire d'investigation et d'aide au diagnostic de la fin 1980, s'appuyant sur des données mathématiques (algorithmes) précises, reliant les champs électromagnétiques et électriques, avec les phénomènes naturels, justement non-linéaires, physiques et biologiques, en y intégrant la logique des variations d'entropie des champs de torsion.

Le praticien obtient ainsi un bilan de santé, doté d'informations biologiques et thérapeutiques visualisables sur l'écran de son ordinateur, et présentant une analyse dynamique du sujet (organes, tissus, cellules) et archivable dans son dossier.
Il est loisible également de suivre l'évolution d'une pathologie (similitude spectrale), de tester virtuellement l'influence de produits à visées thérapeutiques (proposés à l'interne dans le système ou provenant de l'extérieur), ainsi que d'appliquer des corrections informatives thérapeutiques spécifiques.
 

Parmi les systèmes basés sur le principe NLS,  le système utilisé ici: PHYSIOSCAN de Physioquanta-Montpellier. 

Pour en savoir plus sur ce système, lire les informations qui font suite aux documents.

 

NB: L'auteur, ancien médecin-dentiste (voir portrait), n'utilise cette technologie qu'en mandat de médecins, médecins-dentistes et naturopathes agréés, désirant mieux comprendre le fonctionnement de leurs patients et les freins potentiels à la thérapeutique, en particulier au niveau de la sphère bucco-dentaire, et pour des recherches scientifiques et interventions ciblées dans son domaine d'activités.

 

 

PHYSIOSCAN (pour assurer la mise-à-jour conceptuelle des notes ci-dessous, voir le site actualisé www.physioquanta.com)

 

Le Physioscan (système NLS) est un décodeur-analyseur qui détaille l'énergie des tissus - organes du corps et qui est basé sur un biofeedback de l'information cellulaire.
Il s'agit d'une des technologies de "bilan global de santé" des plus avancées qui soient parmi les approches scientifiques de notre époque.

 

PRINCIPE

L'interface fonctionne par l'intermédiaire de collecteurs magnétiques montés sur un casque d'oreilles.
Le Physioscan est un dispositif destiné à mesurer le potentiel d'énergie d'un organe, tissu ou cellule, en soi, ou avant et immédiatement après une thérapie quelle qu'elle soit, classique ou alternative.
La prise des données est extrêmement rapide (quelques secondes par image).
Les résultats ainsi obtenus par les confrontations spectrales des énergies du patient et de la base de données du système (suggestions de pathologies possibles et thérapies proposées), permettent à un médecin ou à un thérapeute correctement formé, de disposer, non de diagnostics, mais de voies de réflexion pour l'aider à en faire un.
L'appareil est basé sur l'analyse spectrale des vortex de champs magnétiques dans les tissus vivants. Plusieurs expériences confirment un rapport étroit entre les vortex de champs magnétiques et les systèmes biologiques.
Ces champs agissent à titre d'interaction cellulaire par l'intermédiaire d'un transfert d'informations.

 
CHAMP D'INTERVENTION
Important: le traitement mis en œuvre par le Physioscan ne remplacera en aucun cas un traitement médical prescrit par le médecin, mais  permettra au praticien d'agir sur le terrain de façon à optimiser ce traitement médical, dans le but d'apporter au patient le maximum de chance de retrouver la voie de la santé.

Gestion contrôlée des divers stades d'entropie et des rapports structures/fonctions, au sein de l'Economie générale du patient.

FONCTIONNEMENT

Comment les systèmes biologiques peuvent-ils identifier et isoler l'information nécessaire du "bruit de fond", et de quelle façon les communications intracellulaires se produisent-elles ?
Les recherches sur les champs d'énergie autour des végétaux et des animaux arrivent à la conclusion qu'il existe un "vortex de champ magnétique" de basse fréquence et de très faible intensité autour des systèmes vivants.
Ce phénomène est d'ailleurs connu depuis des millénaires dans les médecines ayurvédique et traditionnelle chinoise.
Appliqués à la logique quantique, les principes de la "théorie de l'entropie" permettent de présumer qu'un organe vivant, en phase de pathologie, présente un état instable (dit métastable) qui le rend plus susceptible à sa destruction, par perte de ses capacités de communications cellulaires vibratoires.
La faculté d'amplification spécifique du signal initial dans ces zones métastables  (de ces systèmes NLS, donc a fortiori du Physioscan), rend possible de capter sélectivement l'émission de signaux à peine perceptibles dans le bruit de fond, puis de les isoler et d'en décoder les informations qu'ils contiennent.